Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/197

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tigué de produire, dans ces erreurs qui choquent la pensée avant que les yeux s’en rendent compte. Quelquefois la plaine aride manque de caractère : ses mouvements insensibles n’ont pas toujours l’harmonie qui corrige la nudité de l’étendue. Quelquefois les accidents primitifs du sol manquent de grandeur, ou sortent trop du cadre de la vision ; mais, quand les éléments de la beauté agreste se trouvent rassemblés et comme résumés avec une sobriété grandiose, dans un lieu circonscrit, cette beauté nous saisit et nous pénètre comme l’aspect de la beauté