Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/171

Cette page a été validée par deux contributeurs.


peuplade ; mais, comme l’enfance est plus sensible à ce qui charme la vue qu’à ce qui éclaire la raison, il est probable que l’humanité enfant sentit vite l’attrait de la grâce, de la candeur et d’une certaine harmonie dans les formes. Évenor plaisait donc plus que tout autre, et sans qu’on s’en rendît compte, peut-être, on subissait une certaine domination de son regard ou une certaine persuasion de son accent.

Sa mère était plus fière de lui qu’il ne convenait peut-être dans une république fraternelle, car elle avait coutume de dire, sans vaine modestie : « Évenor est le meil-