Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/130

Cette page a été validée par deux contributeurs.


à lui dans l’apparence générale, mais plus beau de corps pour lui plaire, ou plus subtil d’esprit pour le conseiller, ou plus aimant pour le persuader. Les hommes ont donc été, dès le principe, éducateurs, et, sous la secrète et invisible inspiration de Dieu, révélateurs les uns aux autres.

On a fait, dans l’antiquité, de naïves recherches pour découvrir la langue primitive commune aux hommes nouveaux, et on s’est imaginé qu’il devait exister quelque part une langue naturelle. Il n’y a pas de langue particulière naturelle aux hommes, puisqu’ils ont reçu de la nature