Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tre fantasque et comme tourmenté par le besoin de sa liberté. Mais si nous voyons ce fait, nous ne savons rien des autres faits analogues que la nature enveloppe d’un impénétrable mystère. Nous ne savons pas si telle araignée file et tisse sa toile avec plus d’adresse et de dextérité que telle autre araignée sortie du même nid ; si telle ablette fuit avec plus de prévoyance et de prestesse qu’une autre la dent vorace du brochet. Quant à nous, comme nous ne pouvons nous décider à laisser au hasard la gouverne d’une chose si petite qu’elle soit dans la création, nous voulons admettre que l’alouette qui cache bien son