Page:Saint-Saëns - Rimes familières.djvu/59

Cette page a été validée par deux contributeurs.


À GRENADE


À M. Georges Clairin.


 
L’Alhambra, qu’ont bâti les enfants du prophète,
Contre la vétusté vaillamment se défend.
Il est toujours paré comme pour une fête ;
On dirait qu’il espère : on dirait qu’il attend.

Qui sait — (toujours l’Islam agrandit son empire !)
Si les fils de Mahom, enchantement des yeux,
Quand le Christ ne sera plus là pour les maudire,
N’y replanteront pas l’étendard des ayeux ?