Page:Saint-Saëns - Rimes familières.djvu/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA LIBELLULE


 
Près de l’étang, sur la prêle
Vole, agaçant le désir,
La Libellule au corps frêle
Qu’on voudrait en vain saisir.

Est-ce une chimère, un rêve
Que traverse un rayon d’or ?
Tout à coup elle fait trêve
À son lumineux essor.