Ouvrir le menu principal

Page:Sénèque - Oeuvres complètes, trad Charpentier, Tome III, 1860.djvu/77

Cette page n’a pas encore été corrigée


aussi que votre plume lui élève un monument durable. Car voilà les seules œuvres de l'homme que n'outrage nulle tempête, que le temps ne consume jamais; tout le reste, entassements de pierres, mausolées de marbre, tombeaux de terre élevés à d'immenses hauteurs, ne prolongent pas de beaucoup notre nom, destinés qu'ils sont à périr comme nous. Il n'est d'indestructible que les souvenirs transmis par le génie : tel est le généreux hommage, le temple que vous devez à votre frère. Consacrer son nom dans vos productions immortelles lui vaudra mieux que des pleurs et de stériles regrets.

[18,3] Quant à la fortune, sa cause, il est vrai, ne saurait se plaider maintenant auprès de vous ; car tous ses dons, dès qu'elle en a repris un seul, nous deviennent par là même suspects; je tenterai néanmoins de la justifier, sitôt que le temps aura fait de vous un juge plus équitable : alors vous pourrez vous réconcilier avec elle. En effet, par combien de grâces n'a-t-elle pas d'avance compensé cette première injure, par combien de faveurs ne va-t-elle pas la racheter encore! Et après tout, ce qu'elle vous a ravi, elle vous l'avait aussi donné.

[18,4] N'armez donc pas contre vous-même votre imagination, n'attisez pas vos douleurs. Si votre éloquence a le pouvoir d'agrandir les petites choses, tout comme de rabaisser et de réduire les grandes aux plus minces proportions, qu'elle réserve maintenant sa vigueur pour un autre usage; qu'elle s'emploie toute à vous consoler. Et pourtant prenez garde : peut-être ses efforts seraient-ils même superflus : car, on ne s'en tient pas à ce qu'exige de nous la nature : la douleur a son affectation.

[18,5] Jamais, au reste, je ne prétendrai vous interdire toute tristesse. Je sais bien