Page:Séché - Les Muses françaises, II, 1908.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


AMATA


Dis, que veux-tu de moi qui t’aime, ô mon souci !

Et copiment retenir ton caprice de femme ?

Prends mes anneaux... Prends mes colliers... Et prends aussi Ce que j’ai de plus rare et de plus beau : mon âme.

Si mon très grand désir t’importune, ce soir Je me refuserai la douceur de ta couche Et dissimulerai mon pesant désespoir Car je ne veux que le sourire de ta bouche.

Ton vouloir est mon vœu, mon désir et ma loi. Et si -quelque étrangère apparaît plus aimable A tes regards changeants, prends-là, réjouis-toi ! Moi-même dresserai le lit doux et la table...

O toi que je verrai dans les yeux de la mort ! Que ne peux-tu me demander, à moi qui t’aime ? Je mets entre tes doigts insouciants mon sort, O toi, douceur finale, ô toi, douleur suprême ! </poem>


VÊTUE
I


Ta robe participe à ton être enchanté,
O ma très chère !... Elle est un peu de ta beauté.

La respirer, c’est ton odeur que l'on dérobe.
Ton cœur intime vit dans les plis de ta robe.
 
L’odeur de nos baisers anciens est dans ses plis...
Elle se ressouvient de nos divins oublis.
 
En mon être secret je suis presque jalouse
De l’étoffe qui suit ton corps et qui l’épouse.