Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/84

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


12. « La place que vous désirez » et la place dont vous vous êtes rendu digne, dois-je aussi dire, parce que, remarquez, cette cour diffère de toute l’aristocratie vivante en ceci : elle est ouverte au travail et au mérite, mais à rien d’autre. Aucune richesse ne corrompre, aucun nom n’intimidera, aucun artifice ne trompera le gardien de ces portes Élyséennes. Au sens profond du mot, aucune personne vile ou vulgaire n’entre là[1]. Aux portes cochères de ce silencieux Faubourg Saint-Germain on ne vous pose qu’un bref interrogatoire : « Méritez-vous d’entrer ? Passez. Demandez-vous la compagnie des nobles ? Faites-vous noble vous-même, et vous le serez. Désirez-vous ardemment la conversation des sages ? Apprenez à la comprendre et vous l’entendrez. Mais à d’autres conditions ? Non. Si vous ne voulez vous élever jusqu’à nous, nous ne pouvons nous courber jusqu’à vous. Le lord vivant peut affecter la courtoisie, le philosophe vivant peut par bienveillance s’efforcer de vous traduire sa pensée, mais ici nous ne feignons ni n’interprétons ; il faut vous élever au niveau de nos pensées si vous voulez être réjoui par elles et

    et d’artistes qui soient absolument détachés de l’ambition et du respect du pouvoir, « des gens place ». Et chez ceux qui sont plus délicats ou plus rassasiés, le snobisme se substitue à l’ambition et au respect du pouvoir, comme la superstition s’élève sur la ruine des croyances religieuses. La nature morale n’y gagne rien. D’un philosophe mondain ou d’un philosophe intimidé par un ministre, c’est encore le second qui est le plus innocent. (Note du traducteur.)

  1. Cf. Emerson : « Il en est d’un bon livre comme d’une bonne société. Introduisez un être vil parmi des êtres supérieurs — cela ne servira à rien ; il n’est pas, il ne deviendra pas leur égal ; chaque société, se protège elle-même ; la compagnie peut se rassurer, cet intrus dont le corps est ici pourtant, n’est pas devenu un membre de la société. » (Note du traducteur.)