Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/148

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’état moral de la vie anglaise et de ses amusements !

39. Quand les hommes sont occupés comme ils doivent l’être, leur plaisir naît de leur travail[1], comme les pétales colorés d’une fleur féconde ; quand ils sont fidèlement serviables et compatissants, toutes leurs émotions deviennent fortes, profondes, durables et vivifiantes à l’âme, comme un pouls normal au corps. Mais maintenant n’ayant pas de véritables occupations, nous versons toute notre énergie virile dans la fausse occupation de faire de l’argent ; et n’ayant pas de vraies émotions, il nous faut attifer de fausses émotions pour jouer avec, non pas innocemment, comme des enfants avec des

  1. Et dès les plus bas degrés de l’échelle du travail. Du travail le plus humble naît un plaisir, humble sans doute comme la tige, qui l’a porté, sans couleurs variées et qui pourtant n’est pas sans charmer la vie qu’il embellit. Ce plaisir-là est satisfaction de soi, plaisir à se trouver avec les autres, optimisme. De ce plaisir-là dans la littérature de tous les temps il y a, avant tout, deux immortels exemples. Le premier c’est l’histoire d’Aristarque et de ses parentes dans es Mémorables de Xénophon : « En ce moment, j’en suis sûr, tu ne peux aimer tes parentes et elles ne peuvent t’aimer. Toi parce que tu les regardes comme une gêne pour toi, elles parce qu’elles voient bien qu’elles te gênent. De cela il est à craindre… que la reconnaissance du passé ne soit amoindrie. Mais si tu leur imposes une tâche, tu les aimeras en voyant qu’elles te sont utiles et elles te chériront à leur tour en s’apercevant qu’elles te contentent ; le souvenir du passé vous sera plus agréable, votre reconnaissance s’en augmentera. Vous deviendrez ainsi meilleurs amis et meilleurs parents. » « Aussitôt dit, on acheta de la laine… la gaîté avait succédé à la tristesse, etc. » (Mémorables, chapitre VII.) L’autre exemple est donné par la fin de Candide, trop célèbre pour qu’il soit besoin de la citer. C’est d’ailleurs encore la pensée qu’exprime la dernière phrase de Candide : « Tout cela est bien, dit Candide, mais il faut cultiver notre jardin. » — Je me souviens encore de la façon dont le maître le plus admirable que j’aie connu, l’homme qui a en la plus grande influence sur ma pensée, M. Darlu, aujourd’hui Inspecteur général de l’Université, comparait à ce chapitre des Mémorables le chapitre de la Bible de l’Humanité sur Hercule. (Note du traducteur.)