Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de six pences par semaine à servir à leurs propriétaires[1] ; ni qu’on discute alors, avec d’hypocrites larmes et de diaboliques sympathies, si elle ne devrait pas préserver pieusement et nourrir tendrement les vies de leurs meurtriers. Et encore une grande nation, ayant décidé que pendre est le procédé le plus salutaire pour ses homicides en général, peut toutefois distinguer avec pitié entre les degrés de culpabilité dans l’homicide, et n’aboie pas[2] comme une meute de louveteaux transis et mordus par le froid sur le sillage de sang d’un malheureux garçon fou ou d’un Othello balourd à cheveux gris « embarrassé à l’extrême » au moment même ou elle envoie un ministre de la Couronne[3] adresser des speeches courtois à un homme qui est en train de passer à la baïonnette des jeunes filles sous les yeux de leur père, et de tuer de sang-froid de nobles jeunes gens plus rapidement qu’un boucher de campagne ne tue les agneaux au printemps. Et finalement une grande nation ne se moque pas du Ciel et de ses Puissances, en affectant la croyance en une révélation qui déclare que l’amour de l’argent est la source de tout mal[4], et en proclamant en même

  1. Voir la note à la fin de la conférence. Je l’ai fait imprimer en gros caractères parce que, depuis qu’elle a été écrite, le cours des événements l’a peut-être rendue plus digne d’attention. (Note de l’auteur.)
  2. Malheureusement la « Library Edition » ne nous indique pas à quel fait contemporain ceci est une allusion.(Note du traducteur.)
  3. Le nouvel ambassadeur que l’Angleterre venait d’envoyer en Russie, l’année même des massacres de Pologne, qui est aussi l’année où a été prononcée cette conférence, La « Library Edition » nous donne le nom de cet ambassadeur : Sir Andrew Buchanam. (Note du traducteur.)
  4. Allusion à Timothée, vi, 10, passage auquel Ruskin fait souvent allusion. Notamment dans On the old Road, Ill, 152 ; dans