Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« ont emporté la clef du savoir et cependant n’y sont pas entrés eux-mêmes[1] ». Nous avons vu que les devoirs de l’évêque et du pasteur sont de voir et de nourrir ; et de tous ceux qui font ainsi, il est dit : « Celui qui arrose, sera arrosé aussi lui-même[2] ». Mais l’inverse est vrai aussi. Celui qui n’arrose pas sera lui-même desséché et celui qui ne voit sera lui-même privé de la lumière, enfermé dans une prison perpétuelle. Et cette prison vous reçoit ici-bas aussi bien que dans la vie à venir ; celui qui devra être au Ciel chargé de chaînes le sera d’abord sur la terre. Cet ordre aux anges forts dont l’apôtre Pierre est l’image : « Prenez-le, liez-lui les mains et les pieds et jetez-le dehors[3] » est en réalité donné contre le maître, pour chaque appui non

  1. S. Luc, 11, 52 : « Malheur à vous, Docteurs de la Loi ! parce que vous avez pris la clef de la science ; vous n’êtes pas entrés vous-mêmes et vous avez empêché d’entrer ceux qui le voulaient. » Ce verset de S. Luc est ainsi expliqué par Renan : « Les pharisiens excluent les hommes du royaume de Dieu par leur casuistique méticuleuse qui en rend l’entrée trop difficile, et décourage les simples. » (Vie de Jésus, page 350 des premières éditions, note 3.) (Note du traducteur.)
  2. « Tel qui donne libéralement devient plus riche,
    Et tel qui épargne à l’excès ne fait que s’appauvrir.
    L’âme bienfaisante sera rassasiée
    Et celui qui arrose sera lui-même arrosé. »

    (Proverbe, XI, 24, 25).
    (Note du traducteur.)
  3. Allusion aux versets de saint Mathieu qui resteront à tout jamais le plus amusant portrait du maître de maison exagérément formaliste, de celui dont les invités disent avec raison : Il est terrible. Voici ce passage : « Le Roi entrant pour voir ceux qui étaient à table, il aperçut un homme qui n’avait pas revêtu d’habit de noce. Il lui dit : « Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noce ? » Cet homme garda le silence, alors le Roi dit aux serviteurs : « Liez-lui les pieds et les mains et jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Car il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus ». S. Mathieu xxii, 12, 13, 14.) (Note du traducteur.)