Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/16

Cette page a été validée par deux contributeurs.
18
La Monongahéla

le premier évêque de Québec de rigorisme outré, aux mémoires du temps. Ils y liront avec horreur la relation des mille et une scènes de lubricité, de viol, de carnage auxquelles ce trafic des liqueurs a été cause tant qu’il a été toléré parmi des nations barbares et misérables qui avaient pour ces poisons une soif inextinguible.

Cependant, Mgr de Laval fut bientôt convaincu qu’il fallait dans la colonie le siégé stable et permanent d’un évêque. C’est dans ce but qu’il s’embarqua pour la France vers le milieu de l’été de 1662.

Louis XIV consentit volontiers à l’érection du diocèse et voulut que le titre en resta à l’évêque de Pétrée. L’affaire ne fut cependant définitivement réglée qu’à un second voyage de Mgr de Laval en 1672, et deux ans après, c’est-à-dire le premier octobre 1674, le pape Clément X expédia la bulle qui érigeait Québec en évêché. Le roi se chargea des frais d’expédition, le titulaire étant trop pauvre encore pour les acquitter.

Dans ces mêmes voyages, Mgr de Laval avait fortement agité plusieurs projets importants qu’il eut la satisfaction de voir se réaliser pour le plus grand bien du pays. D’abord la nécessité urgente d’établir une cour souveraine à Québec. En avril 1663, l’édit en fut signé par le roi établissant « Un conseil souverain qui se tiendra en la ville de Québec…-