Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Fragments inédits éd. Jansen 1882.djvu/51

Cette page n’a pas encore été corrigée


Première rédaction des confessions 41

citoyen de Genève à Montmorency >< et qui, Dieu sait par quel hasard, s’est conservée jusqu’à nos jours. Les paroles entre parenthèses sont biffées de la main de Rousseau, qui, dans le texte définitif, donna ainsi ce passage: »Je coûtai la vie à ma mère et ma naissance fut le premier de mes malheurs.*

2) Cette sévérité m’était cent fois plus délicieuse que n’auraient été ses faveurs.

Il me semble qu’elle me battait comme une chose qui était à elle, qu’elle me recevoit en propriété, qu’elle s’em- paroît de moi.

Le mot d’amour n’a pas même été prononcé entre nous. Mais il m’est impossible de prendre la forte persuasion d’avoir été passionnément aimé d’elle.

Elle ne me pria plus de rien, elle ne fit plus que me commander.

Elle m’ordonna de lire et je lus. Je lisais mal, elle me reprit deux ou trois fois, enfin elle m’imposa silence. Je fus touché, je la suppliai de me permettre de continuer, elle le permit, je continuai, je n’ai jamais si bien lu de ma vie.

Une fois, hélas 1 une seule fois en ma vie, ma bouche ren- contra la sienne. Ô souvenirl le perdrai je dans le tombeau f

Hommes sensuels , vantez tant qu’il vous plaira vos plaisirs grossiers; je vous défie à tous tant que vous êtes d’avoir jamais rien goûté de semblable aux délices dont mon cœur fut inondé durant six mois.

Elle avait de la modestie et de la pudeur, elle aimait la vertu: l’honnêteté lui était plus chère que la vie, et je ne saurais dire combien tout ce qu’elle faisait, m’en paraissait plus touchant.

Tous ces passages, sépards par des intervalles, sont couchés sur deux petites feuilles. On reconnaît aussitôt que Rousseau parle ici de mademoiselle Lambercier et de l’année 1724. Mais la difFérence entre le texte de ce manuscrit et celui de l’édition imprimée est considérable. L’esquisse primitive est beaucoup plus riche et plus intéressante. L’auteur en a conservé quelques couleurs dans le tableau de la journée qu’il passa, six ans plus tard, avec les dames Gai.lev et de Graffenried. Il a transformé aussi le passage: ïHommes sensuels — durant six moisx. Il dit dans les Confessions: ïÔ mes lecteurs! Ne vous y trompez pas. J’ai peut-être eu plus de plaisir dans mes amours en finissant par cette main baisée, que vous n’en aurez jamais dans les vôtres en commençant tout au moins par