Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Fragments inédits éd. Jansen 1882.djvu/24

Cette page n’a pas encore été corrigée


14 Rousseau msTORiEN

En effet l’ausanias et d’autres nous disent que le terrain étant auparavant marécageux soit par la multitude des petites rivières qui se débordaient dans les lieux bas, soit par les restes d’une extraordinaire inondation, fut coupé et desséché par Eurotas et que le nom de ce prince demeura au canal principal qui recevant tous les autres devint une véritable rivière. Ils ajoutent que son gendre et successeur Lacédé- mone bâtit ou augmenta Sparte et l’appela ainsi du nom de sa femme: tandis qu’il donna le sien au pais. Enfin Eurysthène et Proclès fixèrent leur séjour en cette ville qu’ils embellirent encore et en firent pour toujours la résidence Royale,

Je n’occuperai point l’attention du lecteur à parcourir la stérile et douteuse suite des Rois qui gouvernèrent Lacédé- mone depuis Lelcx jusqu’au tems de la République,

J’ai peine à concevoir comment on ose nous donner sous le nom d’histoire le recueil cent fois altéré des fables opposées et presque toujours ridicules qui se debitoient dans chaque pais plusieurs siècles avant que personne songea à en rédiger les annales. D’ailleurs la sécheresse chronologique peut servir dans l’histoire générale à déterminer les âges des faits et les règnes contemporains, mais c’est visiblement abuser du temps que de faire dans une histoire particulière l’inutile revue des Princes qui n’ont fait que naître et mourir.

Si j’en rappelle ici quelques uns c’est autant que des traits de leur vie sont dignes de quelques réflexions ou que leur histoire offre des éclaicissemeus nécessaires à celle des tems postérieurs.

La Royaume ayant donc passé par les femmes des descen- dans de Lelex à ceux de Lacédémone finit en eux aux Dioscures et passa derechef par Hélène, leur sœur, dans la maison des At rides. Durant le règne de Tisamènes fils d’Oreste, le Péloponèse fut enlevé par la race d’Hercule à celle de Pélops, et le Royaume de Lacédémone en particulier échut à Aristodème ; après sa mort une égale tendresse pour ses deux fils Eurysthène et Proclès ayant empêché la reine de déclarer lequel étoit l’aîné, ils montèrent conjointement sur le trône, et c’est par eux que commencèrent les deux branches des Héraclides qui sous le nom d’Agides et de Proclides ou Eurysthénides régnèrent conjointement à Lacédé- mone jusqu’à la fin de la république.