Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/524

Cette page n’a pas encore été corrigée


ce qui n’arrive pas. Le fruit se détache & tombe seul. Le pédicule tout entier reste, & il faut une anion expresse pour le diviser en deux au point de l’articulation.

PERFOLIÉES. La feuille perfoliée est celle que la branche enfile & qui entoure celle-ci de tous cotes.

PERIANTHE. Sorte de calice qui touche immédiatement la fleur ou le fruit.

PERRUQUE. Nom donne par Vaillant aux racines garnies d’un chevelu touffu de fibrilles entrelacées comme des cheveux emmêles.

PÉTALE. On donne le nom de pétale à chaque piece entiere de la corolle. Quand la corolle n’est que d’une seule piece, il n’y a aussi qu’un pétale ; le pétale & la corolle ne sont alors qu’une seule & même chose, & cette sorte de corolle se désigne par l’épithète de monopétale. Quand la corolle est de plusieurs pieces, ces pieces sont autant de pétales, & la corolle qu’elles composent se désigne par leur nombre tire du grec, parce que le mot de pétale en vient aussi, qu’il convient, quand on veut composer un mot, de tirer les deux racines de la même langue. Ainsi les mots de monopétale, de dipétale, de tripétale, de tetrapetale, de pentaperale, & enfin polypétale, indiquent une corolle d’une seule piece, ou de deux, de trois, de quatre, de cinq, &c. enfin d’une multitude indéterminée de pieces.

PETATOIDE : Qui à des pétales. Ainsi la Fleur petatoide est l’oppose de la Fleur apétale.

Quelquefois ce mot entre comme seconde racine dans la composition d’un autre mot dont la premiere racine est un