Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/518

Cette page n’a pas encore été corrigée


pour vouloir parler purement. La même nécessité doit être supposée, & la même excuse répétée dans tous les mots latins que je serai force de franciser. Car c’est ce que je ne ferai jamais que pour dire ce que je ne pourrois aussi-bien faire entendre dans un françois plus correct

II y a dans les fleurs deux dispositions différentes du calice & de la corolle, par rapport au germe dont l’expression revient si souvent, qu’il faut absolument créer un mot pour elle. Quand la calice & la corolle portent sur le germe, la fleur est dite supere. Quand le germe porte sur le calice & la corolle, la fleur est dite infere. Quand de la corolle on transporte le mot au germe, il faut prendre toujours l’oppose. Si la corolle est infère, le germe est supere ; si la corolle est supere, le germe est infère ; ainsi l’on a le choix de ces deux manieres d’exprimer la même chose.

Comme il y a beaucoup plus de plantes ou la fleur est infère, que de celles ou elle est supere, quand cette disposition n’est point exprimée, on doit toujours sous-entendre le premier cas, parce qu’il est le plus ordinaire ; & si la description ne parle point de la disposition relative de la corolle & du germe, il faut supposer la corolle infere : car si elle etoit supere, l’auteur de la description l’auroit expressément dit.

LéGUME. Sorte de péricarpe compose de deux panneaux dont les bords sont réunis par deux sutures longitudinales. Les semences sont attachées attachées alternativement à ces deux valves par la future supérieure, l’inférieure est nue. L’on appelle de ce nom en général le fruit des plantes légumineuses.

LéGUMINEUSES Voyez Fleurs, Plantes.