Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/511

Cette page n’a pas encore été corrigée


fleurons occupent le centre, du disque, les demi-fleurons en garnissent la circonférence, & forment une couronne à la Fleur, & ces Fleurs ainsi couronnées portent le nom de Fleurs radiées. Les Reines-Marguerites & tous les Asters, le Souci, les Soleils, la Poire-de -terre portent tous des Fleurs radiées..

Toutes ces sections forment encore dans les Fleurs composées, & relativement au sexe des fleurons, d’autres divisions dont il sera parle dans l’article Fleuron.

Les Fleurs simples ont une autre forte d’opposition dans celles qu’on appelle Fleurs doubles ou pleines.

La Fleur double est celle dont quelqu’une des parties est multipliée au-delà de son nombre naturel, mais sans que cette multiplication nuise à la fécondation du germe.

Les Fleurs se doublent rarement par le calice, presque jamais par les étamines. Leur multiplication la plus commune se fait par la corolle. Les exemples les plus frequens en sont dans les Fleurs polypétales, comme Oeillets, Anémones, Renoncules ; les Fleurs monopétales doublent moins communément. Cependant on voit assez souvent des Campanules, des Primeveres, des Auricules, & sur-tout des Jacinthes à Fleur double.

Ce mot de Fleur double ne marque pas dans le nombre des pétales une simple duplication, mais une multiplication quelconque. Soit que le nombre des pétales devienne double, triple,quadruple, &c. tant qu’ils ne multiplient pas au point d’étouffer la fructification, la Fleur garde toujours le nom de Fleur double ; mais lorsque les pétales trop multiplies font