Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/331

Cette page n’a pas encore été corrigée


selon la disposition naturelle aux hommes de seconder avec courage les entreprises qu’ils n’osent commencer. Mais l’émotion n’étoit pas la même dans toutes les Légions. Il régnoit un si grand trouble dans la premiere & dans la cinquieme, que quelques-uns jetterent des pierres aux images de Galba. La quinzieme & la seizieme, sans aller au-delà du murmure & des menaces, cherchoient le moment de commencer la révolte. Dans l’armée supérieure la quatrieme & la vingt-deuxieme Légion, allant occuper les mêmes quartiers, briserent les images de Galba ce même premier de Janvier, la quatrieme sans balancer, la vingt-deuxieme ayant d’abord hésité se détermina de même : mais pour ne pas paroître avilir la majesté de l’Empire, elles jurerent au nom du Sénat & du Peuple Romain, mots surannés depuis long-tems. On ne vit ni Généraux ni Officiers faire le moindre mouvement en faveur de Galba ; plusieurs même, dans le tumulte, cherchoient à l’augmenter, quoique jamais de dessus le Tribunal ni par de publiques harangues ; de sorte que jusques-là on n’auroit su à qui s’en prendre.

Le Proconsul Hordéonius, simple spectateur de la révolte, n’osa faire le moindre effort pour réprimer les séditieux, contenir ceux qui flottoient, ou ranimer les fideles : négligent & craintif, il fut clément par lâcheté. Nonius Receptus, Donatius Valens, Romilius Marcellus, Calpurnius Repentinus, tous quatre Centurions de la vingt-deuxieme Légion, ayant voulu défendre les images de Galba, les soldats se jetterent sur eux & les lierent. Après cela, il ne fut plus question de