Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t6.djvu/284

Cette page n’a pas encore été corrigée


pas fondées. Ce ne seroit pas bien raisonner que de prétendre qu’un Gouvernement, parcequ’il auroit une fois dissimulé, seroit obligé de dissimuler toujours : si c’est une négligence, on peut la redresser ; si c’est un silence forcé par les circonstances ou par la politique, il y auroit peu de justice a en faire la matiere d’un reproche. Je ne prétends point justifier les Ouvrages désignés dans les Représentations ; mais, en conscience, y a-t-il parité entre des Livres où l’on trouve des traits épars & indiscrets contre la Religion, & des Livres où sans détour, sans ménagement, on l’attaque dans ses dogmes, dans sa morale, dans son influence sur la Société civile ? Faisons impartialement la comparaison de ces Ouvrages, jugeons-en par l’impression qu’ils ont faite dans le monde : les uns s’impriment & se débitent par-tout ; on sait comment y ont été reçus les autres. "*

[*Page 23 & 24. ]

J’ai cru devoir transcrire d’abord ce paragraphe en entier. Je le reprendrai maintenant par fragmens. Il mérite un peu d’analyse.

Que n’imprime-t-on pas à Geneve ; que n’y tolere-t-on pas ? Des Ouvrages qu’on a peine à lire sans indignation s’y débitent publiquement ; tout le monde les lit, tout le monde les aime ; les Magistrats se taisent, les Ministres sourient ; l’air austere n’est plus du bon air. Moi seul & mes Livres avons mérité l’animadversion du Conseil ; & quelle animadversion ! L’on ne peut même l’imaginer plus violente ni plus terrible.