Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t2.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LETTRES

DE

DEUX AMANS,

HABITANS D’UNE PETITE VILLE
AU PIED DES ALPES.



PREMIERE PARTIE.


LETTRE I.

À Julie.


Il faut vous fuir, Mademoiselle, je le sens bien : j’aurois dû beaucoup moins attendre, ou plutôt il faloit ne vous voir jamais. Mais que faire aujourd’hui ? Comment m’y prendre ? Vous m’avez promis de l’amitié ; voyez mes perplexités, & conseillez-moi.

Vous savez que je ne suis entré dans votre maison que sur l’invitation de Madame votre mere. Sachant que j’avois cultivé quelques talens agréables, elle a cru qu’ils ne seroient pas inutiles, dans un lieu dépourvu de maîtres, à l’éducation d’une fille qu’elle adore. Fier, à mon tour, d’orner de quelques fleurs un si beau naturel, j’osai me charger de ce dangereux soin sans en prévoir le péril, ou du moins sans le redouter. Je ne vous dirai point que je commence à payer