Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t2.djvu/51

Cette page n’a pas encore été corrigée


aux filles & la réserve aux femmes, c’est renverse l’ordre établi & ramener toute cette petite morale que la Philosophie a proscrite. Quoi que vous un puissiez dite, l’amour dans les filles est indécent & scandaleux, & il n’y a qu’un mari qui puisse autoriser un amant. Quelle étrange mal- adresse que d’être indulgent pour des filles, qui ne doivent point vous lire, & sévere pour les femmes qui vous jugeront ! Croyez-moi, si vous avez peur de réussir, tranquillisez-vous : vos mesures sont trop bien prises pour vous laisser craindre un pareil affront. Quoi qu’il en soit, je vous garderai le secret ; ne soyez imprudent qu’à demi. Si vous croyez donner un Livre utile, à la bonne heure ; mais gardez-vous de l’avouer.

R. De l’avouer, Monsieur ? Un honnËte homme se cache-t-il quand il parle en Public ? Ose-t-il imprimer ce qu’il n’oseroit reconnoître ? Je suis l’Editeur de ce Livre, & je m’y nommera comme Editeur.

N. Vous vous y nommerez ? Vous ?

R. Moi-même.