Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t2.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


discours ; un vieux Gentilhomme entêté de sa noblesse, sacrifiant tout à l’opinion ; un Anglois généreux & brave, toujours passionné par sagesse, toujours raisonnant sans raison.....

N. Un mari débonnaire & hospitalier empressé d’établir dans sa maison l’ancien amant de sa femme…

R. Je vous renvoye à l’inscription de l’Estampe [1].

N. Les belles ames ?..... Le beau mot !

R. Ô Philosophie ! combien tu prends de peine à retrécir les cœurs, à rendre les hommes petits !

N. L’esprit romanesque les aggrandit & les trompe. Mais revenons. Les deux amies ?… Qu’en dites-vous ?… & cette conversion subite au Temple ?… la Grace, sans doute ?.....

R. Monsieur.........

N. Une femme chrétienne, une dévote qui n’apprend point le catéchisme à ses enfans ; qui meurt sans vouloir prier Dieu ; dont la mort cependant édifie un Pasteur, & convertit un Athée… Oh !......

  1. Voyez la septieme Estampe.