Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/426

Cette page n’a pas encore été corrigée



Toi, digne citoyen de cette ville illustre,
Tu peux contribuer à lui donner du lustre,
Par tes heureux talens tu peux la décorer,
Et c’est lui faire un vol que de plus différer ?


COMMENT oses-tu bien me proposer d’écrire,
Toi, que Minerve même avoit pris soin d’instruire.
Toi de ses dons divins possesseur négligent,
Qui vient parler pour elle encor en l’outrageant.
Ah ! si du feu divin qui brille en ton ouvrage
Une étincelle au moins eût été mon partage,
Ma muse, quelque jour, attendrissant les cœurs,
Peut-être sur la scene eût fait couler des pleurs.
Mais je te parle en vain ; insensible à mes plaintes,
Par de cruels refus tu confirmes mes craintes,
Et je vois qu’impuissante à fléchir tes rigueurs,
Blanche* n’a pas encor épuisé ses malheurs.

[*Blanche de Bourbon, tragédie de M. de Bordes, qu’au grand regret de ses amis il refuse constamment de mettre au théâtre. Note de l’auteur. ]


FIN.