Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/545

Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais cet inconvénient n’est pas nouveau en Pologne où l’on a vu dans plusieurs élections que sans égard pour ceux que la nation favorise on la force de choisir celui qu’elle eût rebuté :*

[*W. mss. favorise...rebutes "favorisoit, on l’a forcée de choisir celui auroit rebuté." ] mais pour cet avantage qu’elle n’avoit plus & qu’elle sacrifie, combien d’autres plus importans elle gagne par cette forme d’élection !

Premierement l’action du sort amortit tout d’un coup les factions & brigues des nations étrangeres qui ne peuvent influer sur cette élection, trop incertaines du succes pour y mettre beaucoup d’efforts, vu que la fraude même seroit insuffisante en faveur d’un sujet que la nation peut toujours rejetter. La grandeur seule de cet avantage est telle qu’il assure le repos de la Pologne, étouffe la vénalité dans la Républiques, & laisse à l’élection presque toute la tranquillité de l’hérédité.

Le même avantage a lieu contre les brigues mêmes des Candidats ; car qui d’entre eux voudra se mettre en frais pour s’assurer une préférence qui ne dépend point des hommes, & sacrifier sa fortune à un événement qui tient à tant de chances contraires pour une favorable ? Ajoutons que ceux que le sort a favorisés ne sont plus à tems d’acheter des électeurs, puisque l’élection doit se faire dans la même séance.

Le choix libre de la nation entre trois Candidats la préserve des inconvéniens du sort qui, par supposition, tomberoit sur un sujet indigne : car, dans cette supposition, la nation se gardera de le choisir, & il n’est pas possible qu’entre *

[*W. mss. "Car...entre" barrés, la phrase ajoute "Le choix libre de la nation entre trois candidats la préserve des inconvénients du sort qui par supposition tomberoit."] trente-trois hommes illustres, l’élite de la nation, où l’on ne comprend pas même comment il peut se trouver un seul sujet indigne, ceux que favorisera le sort le soient tous les trois.