Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/47

Cette page n’a pas encore été corrigée


longs repentirs. Que les prétendus gens de goût admirent en d’autres lieux la grandeur des palois, la beauté des équipages, les superbes ameublemens, la pompe des spectacles, & tous les rafinemens de la mollesse & du luxe. À Geneve on ne trouvera que des hommes ; mais pourtant un tel spectacle a bien son prix, & ceux qui le rechercheront, vaudront bien les admirateurs du reste.

Daignez, Magnifiques, Tres-Honorés & Souverains Seigneurs, recevoir tous avec la même bonté les respectueux témoignages de l’intérêt que je prends à votre prospérité commune. Si j’étois assez malheureux pour être coupable de quelque transport indiscret dans cette vive effusion de mon cœur, je vous supplie de le pardonner à la tendre affection d’un vrai Patriote, & au zele ardent & légitime d’un homme qui n’envisage point de plus grand bonheur