Ouvrir le menu principal

Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/195

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE J.J. ROUSSEAU, À MONSIEUR PHILOPOLIS.

Vous voulez, Monsieur, que je vous réponde, puisque vous me faites des questions. Il s’agit, d’ailleurs, d’un ouvrage dédié à mes Concitoyens ; je dois en le défendant justifier l’honneur qu’ils m’ont fait de l’accepter. Je laisse à part dans votre lettre ce qui me regarde en bien & en mal, parce que l’un compense l’autre à-peu-prés, que j’y prends peu d’intérêt, le Public encore moins, & que tout cela ne fait rien à la recherche de la vérité. Je commence donc par le raisonnement que vous me proposez, comme essentiel à la question que j’ai tâché de résoudre.

L’état de société, me dites-vous, résulte immédiatement des facultés de l’homme & par conséquent de sa nature. Vouloir que l’homme ne devînt point sociable , ce seroit donc vouloir qu’il ne fût point homme , & c’est attaquer l’ouvrage de Dieu que de s’élever contre la société humaine. Permettez-moi, Monsieur, de vous proposer à mon tour une difficulté avant de résoudre la vôtre. Je vous épargnerois ce détour si je connoissois un chemin plus sûr pour aller au but.