Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle le crut et, dans le fond nébuleux de sa mémoire, des témoignages abondèrent, qu’elle se gardait d’examiner et qu’elle tassait au hasard. Ainsi accroissait-elle l’indispensable « récit » et se donnait-elle la grâce des scrupules.

— Oui, reprit-elle avec autorité… j’ai lutté…

Elle sourit, mystérieuse. Car elle sentait qu’elle n’avait pas de vrais devoirs envers Charles, à cause de la mauvaise forme de leur amour. Jamais le sculpteur n’avait souffert. Il était venu, dans un temps où l’ennui oppressait Marie ; leur aventure, veuve de toute forme mystique ou légendaire, fut d’une simplicité révoltante. La chanteuse, encore qu’elle en eût paré le souvenir et exalté les moindres anecdotes, n’y songeait pas sans une petite rancune :