Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


verte. Il saisit cette main avec crainte ; comme elle ne se retirait point, il fut saisi d’un brusque courage :

— Comme un ami qui souffre.

— De quoi ?

— De vous !

Elle fut aussi saisie que si elle n’avait pas provoqué l’aveu. Et elle refusa de le comprendre tout de suite, elle chercha à retenir un moment l’enivrante incertitude :

— Comment pouvez-vous souffrir de moi ? Je ne vous ai rien fait !

— Ah ! soupira-t-il, en baissant la tête.

Terrifiée, elle sentit qu’il pouvait encore « s’enfuir », elle se hâta de l’amarrer :

— Si Charles n’était pas entre nous, peut-être que vous m’aimeriez ! dit-elle sournoisement.

— Pas mieux que maintenant… On ne