Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parfait. Rien que la circulation sourde et le craquement imperceptible de la vie qui coule, s’anime et s’éteint. L’immense chimie végétale, le travail instable qui sans cesse détruit et refait l’équilibre, les formes qui se souviennent de ce qui fut créé au fond des âges, les sources fines du sang végétal qui, dans les torses de l’arbre, les cheveux du ramuscule, les lancéoles de l’herbe, forment des fleuves, des rivières, des torrents, avec leurs affluents, leurs deltas et leurs embouchures, — tout cela faisait moins de bruit que les cœurs infimes de l’homme et de la femme…

Marie, d’un petit rire de malice et d’énigme, rompit le silence. Puis, un merle sema son chant bref, un cri d’eau et de cristal, un rouge-gorge s’avança sur le bord d’une branche, montra sa poitrine d’écar-