Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sauge. Ah ! quand la petite Marie marchait au vert des herbages, avec Paul et Virginie. Les moissons levaient au long des lignes, des forêts d’âmes passaient avec les mots, la lectrice semait les graines magiques de sa jeunesse sur les champs pâles des pages.

Tout à coup, et sans le savoir, elle glissa sa petite main sur le bras de Georges. Ce fut l’union des électrodes : le courant avait jailli ; le jeune homme devint fou jusqu’à perdre sa timidité, et ils montèrent à l’assaut, vers la bicoque du père Brisemiche. Le vieux homme les mit tiédir sous les glycines et les chèvrefeuilles. Il apporta une friture de Seine, un vin noir qui limait la langue et du veau roux comme la feuille d’automne.

Les sentiers étaient semés de cendres, on