Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Un doute la tracassa. Est-ce qu’il l’aimait après tout, est-ce qu’il se l’avouait ? Aucune parole n’avait été un aveu… seul l’acrostiche… La poésie n’est pas la réalité !

Marie subit une petite révolte. Désormais, l’absence de cet amour eût été intolérable. Georges pouvait lutter, s’il voulait, elle-même lutterait pour qu’ils ne fussent pas amants, mais il lui devait son cœur.

Le pont de Sèvres fut là, vieux pont gercé et presque humble, où des nations de grisettes avaient promené leurs petites chairs fraîches :

— Nous y voilà, dit Marie, avec un léger cri. Nous irons déjeuner là-bas, chez le père Brisemiche.

Comme les hannetons aux soirs chauds, les souvenirs bourdonnaient dans sa tête, avec des odeurs de lilas, de tilleul et de