Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V


Depuis l’acrostiche, Marie interprétait les paroles et les gestes de Georges d’une manière nouvelle. Elle leur attribuait toujours la même valeur mystérieuse, mais elle s’y donnait une part plus charmante d’être voilée. Il lui suffisait de se dire tout bas :

Mettez-vous là, que je me mire
À la clarté de vos beaux yeux,

Pour que le jeune homme cessât de paraître sévère et abstrait. Le petit rire argenté était plus fréquent et plus familier. Du