Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tude, et il conclut : « Je vous envie, je sens que vous sortirez grandi de cet exil. Mais gardez-vous de rompre le charme : en revenant deux jours à Paris, vous risquez de perdre tout ce que vous avez gagné… »

Après quoi, il se recroquevilla sur sa chaise, et l’émotion étant amortie par la fatigue, il eut un petit retour sur lui-même. Sa conduite lui parut presque louche, il alla jusqu’à dire :

— Peut-être tout ça n’est-il pas très franc ?

Cette question l’humilia, mais, trouvant louable de se l’être faite, il accepta un examen de conscience. « En apparence, se dit-il, j’ai des torts envers Charles. Si un autre avait fait ce que j’ai fait, il est probable que je le blâmerais. Au fond, je suis seul à aimer Marie et mon amour est un grand