Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


glaça : si Marie aimait Charles, si elle prétendait lui rester fidèle ?

— J’aurais l’air d’un traître ! fit-il avec un rire amer. N’’ai-je pas promis de veiller sur elle ? Il faut que je me brouille d’abord avec Charles.

Alors, tout devenait simple. D’ailleurs, les motifs de rupture se révélèrent si abondants, si justes et si forts, qu’il n’y avait qu’à les jeter sur le papier : mais, dès qu’il tint la plume, ils tiédirent. Mieux valait en finir par une phrase lapidaire. La phrase lapidaire, à son tour, se déroba ; il écrivit trois fois « j’aime Marie » et demeura assommé : la rupture par correspondance se révélait impossible et même idiote. Dès qu’il se le fut démontré, les phrases affluèrent, il remplit quatre pages, où il exaltait la cure de Charles, le travail, le recueillement, la soli-