Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mettez-vous là, que je me mire
À la clarté de vos beaux yeux,

Ces vers parurent ensorcelés ; ils n’avaient plus de ressemblance avec ce qu’ils étaient auparavant. Marie créatrice les repétrissait : une âme leur était venue.