Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/60

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— De Marie ?

Il fit signe que oui.

— Oh ! dites, cria-t-elle.

— Si vous voulez… mais ce n’est rien… rienRIEN.

Il hésita un moment, comme s’il avait oublié. Puis, à mi-voix :

Mettez-vous là que je me mire
À la clarté de vos beaux yeux,
Riez pendant que je soupire,
Il faut ensuite me sourire
Et vous ferez un bienheureux !

— Comme c’est doux ! Comme c’est frais ! soupira Marie.

Elle était aussi heureuse que si M. Poivrot, directeur de l’Opérette, lui avait annoncé qu’elle prendrait la place de la vedette.

— Et c’est vraiment pour moi que vous