Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les Pivon, qui l’inondèrent de discours et ne la quittèrent qu’aux abords de la rue Serpente :

— Ils ont été un peu mouches, ce soir, remarqua Marie, quand elle se trouva seule avec Georges.

— Ils ont beaucoup bourdonné !

Elle eut son petit rire d’argent et, lorsqu’ils atteignirent la rue des Boulangers :

— Nous ne nous sommes pas vus du tout ! dit-elle.

Et, comme une chose toute naturelle :

— Si vous n’avez pas sommeil, venez causer une minute.

Georges, le souffle coupé, eut beaucoup de peine à répondre :

— Je ne vous gêne pas ?

— Oh !… pourquoi ?…

Dans l’ombre de l’escalier tournant,