Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


groupes sociaux, qu’il ne s’étonnait que lorsqu’un homme montrait des aptitudes solitaires ou une intelligence avertie.

— C’est une réforme immense, vociférait le chef… il faudrait peut-être créer un ministère pour la réaliser, ou pour le moins un sous-secrétariat… Si encore j’avais des orateurs pour la défendre au Parlement… mais les idées neuves sont honnies ou incomprises !

Il se délecta un instant de rapports types en cinq encres ; puis, il hocha la tête avec la mélancolie d’un génie incompris :

— Tâchez de me finir ça pour ce soir ! dit-il enfin, en tendant quelques feuillets au jeune homme.


— Non ! se disait Georges en retournant vers la case minuscule qui était son bu-