Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plaintive… Je veux d’abord que nous soyons sûrs de nous aimer… sinon, ce serait une profanation.

Il se laissa repousser et douze coups sonnèrent à l’église prochaine :

— Oh ! je me souviens… l’heure sonnait ainsi quand vous avez commencé de me lire l’acrostiche… Comme c’était joli ! Comme c’était charmant…

Elle répéta d’une voix de rêve :

Mettez-vous là, que je me mire
À la clarté de vos beaux yeux,
Riez pendant que je soupire…

Il éprouvait un plaisir mystique à entendre jaillir de la mémoire de Marie ces vers insipides qui étaient de lui et qu’il avait presque complètement oubliés.