Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/230

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tendre et de la grande aventure de leur premier baiser…

Les cinq années révolues se concentrant en un amas vague, c’était véritablement hier qu’était arrivée la rencontre de leurs lèvres, pour la première fois amantes…

Une seconde, l’hallucination fut si profonde qu’il avança les bras pour étreindre Marie, mais alors le temps reprit sa dimension et arrêta le geste.

— J’avais peur que vous ne veniez pas ! disait la voix argentée.

Marie parlait au hasard, aussi bouleversée que Georges, et dans ce moment, elle n’eût sans doute fait aucune résistance. C’est ce qu’il était incapable de deviner :

— Est-ce que j’aurais pu ne pas venir ?

— C’est gentil ce que vous dites là.

— C’est l’humble vérité… Comment au-