Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/220

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vitesses égales. Quand il se trouva à un pas, il sembla impossible que ce ne fût pas elle et, parallèlement, il se persuadait qu’il subissait un mirage… Encore quelques pas, et le besoin passionné de savoir bannissant la crainte, il fut à côté de Marie.

Elle tourna à demi la tête et tressaillit :

— Georges !…

Une même pâleur cendra leurs joues, et leurs lèvres tremblèrent. Mais tandis qu’il se sentait aussi incapable de prononcer une parole que de soulever une montagne, elle gardait cette capacité verbale de la femme qu’aucune émotion ne surmonte :

— Comme il y a longtemps ! balbutia-t-elle. Et que j’ai été triste de… ne plus vous voir !

Une hallucination traversa le jeune homme, en lueur de fournaise. Elle céda à