Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/219

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


duisantes, et constatait avec étonnement que la possession de Gabrielle n’avait pas fait décroître sa timidité.

C’était dans la rue Saint-Martin. Une silhouette mince, dont la forme et la démarche suscitaient des souvenirs incurables, se trouva devant Georges. En quelques pas, il pouvait la rejoindre. Il ne l’osa point, saisi d’épouvante à l’idée que ce ne serait pas Elle ! Mais pouvait-il se tromper à ces épaules un peu retombantes, au cou fragile et à la couleur des cheveux ! Aucune autre femme ne posait ainsi le pied en marchant, et l’oscillation légère du corps, que de fois il l’avait suivie d’un regard enivré, au sortir du théâtre !

Il se rapprochait pourtant. À mesure, la certitude et l’incertitude croissaient avec des