Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/218

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mour. D’ailleurs, il savait que Gabrielle n’attachait pas une importance extrême à leur passade. Elle parlait librement de « son type » qui bientôt reviendrait en permission (« il faudra qu’on se voie en cachette ! ») et laissait transparaître une facilité de sexe qui ne résisterait guère à la première tentation.

Alors, il retrouva les heures fiévreuses et les cogitations chagrines. Le fantôme du bonheur l’excitait à l’Aventure et il était repris de détresse à l’idée qu’il mourrait sans avoir connu l’intimité d’une jolie humaine…

Ses rendez-vous avec Gabrielle s’espacèrent, par consentement mutuel ; il recommença la poursuite obscure, erratique et craintive, mais le temps des résignations était révolu : il ne suivait que des filles sé-