Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/216

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jetaient parfois un regard oblique, qui n’était pas sans agrément, le rire de gorge avait un charme d’appel, certains gestes décelaient un rythme fugitif et voluptueux. Hypnotisé, il goûtait la simple douceur de posséder enfin une femme après tant d’entreprises chaotiques et tant de rêves avortés.

Cette douceur atteignit sa perfection après la première semaine et ne manifesta aucun déclin avant la quatrième. Puis, survinrent les premières fissures. Elles se fussent produites spontanément, mais il semble qu’elles furent accélérées par un rhume de cerveau, excessif par la fréquence des éternuements et des sécrétions. Gabrielle éternuait mal, par quintes tapageuses, sans égard pour le prochain, se mouchait avec rudesse et parfois s’essuyait les narines d’un revers de main. Son nez s’enfla et rougeoya, ses yeux