Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/211

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


souffla sur sa nuque, et il balbutia d’une voix brumeuse :

— Où allons-nous ?

Le rire semblait venir de plus loin, un rire de gorge où passait le rythme d’un roucoulement et qui enhardit le jeune homme. Il dit, avec une hardiesse qu’un geste pouvait transformer en panique :

— Je voudrais être tout seul avec vous.

— Voyez-vous ça ! dit Gabrielle.

Mais elle le dit avec douceur et presque avec tendresse.

— Ben… je vais vous montrer ma petite chambre, reprit-elle. Vous pensez bien que c’est pas du luxe… Mais j’y suis pas mal… on voit par-dessus les toits. Seulement, vous serez sage !

Le mot le fit frémir, mais l’accent le rassura.