Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/209

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rieure menaçait de se développer en moustaches ; les traits étaient vagues, turgescents, mollassons ; les petits yeux n’avaient que leur vivacité ; le cou montrait des muscles en saillie ; les mains étaient rubescentes, noueuses, à grosses phalanges et à bouts carrés, avec des ongles de cordonnier.

Mais Georges ne la regardait pas comme une femme. Elle était simplement l’espèce — la femme ou même la femelle. Le désir qu’elle suscitait ne se rattachait guère à sa personne. C’était le désir anonyme, le désir de la brousse ou de la jungle, la poursuite émouvante et l’évocation simplifiée du sexe. En quelque manière, le visage de cette passante n’existait point, ni son cou, ni ses mains : Georges voyait plus bas, dans la nuit où la vie poursuit sa résurrection millénaire.