Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous voulez, on fera comme si on se connaissait, c’est mieux…

Dès lors, elle l’appela très naturellement Georges et il s’habitua vite à répondre Gabrielle, ce qui lui donnait un étrange sentiment de sécurité.

Elle avait dit vrai : le rôtisseur fournissait des huîtres fraîches, du poulet franc et bien cuit, des tartelettes savoureuses et un vin réjouissant.

Gabrielle rendait la causerie facile parce qu’elle la menait et proférait des propos copieux. Sa laideur n’avait aucune grâce ni aucun charme. La jeunesse avait fui, l’âge mûr commençait à griffer les coins de la bouche et les paupières épaisses ; la peau était grenue comme la peau d’une poule ; dans les pores du nez proliféraient des peuplades de tannes ; le poil de la lèvre supé-