Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


long couloir, et leur alloua une table minuscule, qui ne pouvait tenir plus de deux couverts.

— On vous dérangera pas ! remarqua-t-il en clignant de l’œil…

Et il prit la commande qui comportait des huîtres, du poulet, des tartelettes et un petit vin gris qui venait d’une propriété du rôtisseur.

— Maintenant qu’on mange ensemble, il faut tout de même qu’on sache nos noms, remarqua la femme. Moi, c’est Gabrielle… Et vous ?

— Georges.

— C’est un joli nom !

— Moins joli que le vôtre !

— C’est vrai que mon nom est mignon ! Je le donnerais pas volontiers pour un autre… Mais Georges aussi c’est gentil… Si