Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle fixait sur le jeune homme des yeux de souris, peu séduisants maïs rieurs.

Il chercha quelque repartie, mais ne put que dire, en montrant le marchand de vin, de l’autre côté du boulevard :

— C’est là qu’est tombé un obus…

— J’ai vu le trou ! répondit la femme. Vous aussi, sans doute !

— Non ! fit-il… J’étais sur le front.

La femme se mit à rire comme d’une facétie. C’était un rire de gorge dont il ne discerna pas la signification favorable et qui, toutefois, l’encouragea.

— Puis-je vous accompagner dit-il, abasourdi de sa propre audace.

— Comme vous voudrez. Justement, je n’ai rien à faire.

Cette réponse intimida Georges, qui redouta de ne pouvoir continuer la conver-